www.corbeil-infos.fr

 

Je soutiens

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

 

Associations, commerçants, artisans, faites-vous connaître en soutenant

le site Corbeil infos...  

A la Une

Société

Social

Economie

Politique

Faits divers

Loisirs/Sport

Histoire

Accueil

Découvrez l’actu locale

en photos

 

Découvrez Corbeil infos

TV

 

Copyright (C) 2019 - www.corbeil-infos.fr - Tous droits réservés. Photos : Bernard Gaudin, sauf mention spéciale

 

 

 

En savoir +

 

Pour une information

libre et indépendante,

je soutiens Corbeil infos

Email : contact@corbeil-infos.fr

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies qui sont destinés à vous proposer des contenus et des services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir + 

 

Pour une information

libre et indépendante,

je soutiens

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

Corbeil-infos : Bernard Gaudin, journaliste et photographe.

Histoire

www.corbeil-infos.fr
Evry/Corbeil-Essonnes :
Les doléances des citoyens de la région en 1789

Réagissez sur Facebook

histoire-corbeil
Evry/Corbeil-Essonnes : L'ouvrage rédigé par Jacques Guyard reprend les doléances émises en 1789 par des habitants de la région.
Evry/Corbeil-Essonnes : Jacques Guyard, ancien député-maire d'Evry.

Intitulé « 1789 - 10.000 citoyens prennent la parole », l’ouvrage rédigé par Jacques Guyard en 1988 est consacré aux cahiers de doléances du tiers état pour certaines paroisses de la région. A Corbeil, en 1789, l’on demandait notamment le retour des foires qui s’y tenaient autrefois.

Deux cent trente ans après la Révolution de 1789, les cahiers de doléances reviennent au goût du jour. Mis à disposition dans de nombreuses mairies suite au mouvement des « Gilets Jaunes », ils permettent à la population de s’exprimer et d’évoquer divers revendications. En 1988, Jacques Guyard (PS), maire d’Evry de 1983 à 1999, député de l’Essonne de 1986 à 1991 et de 1993 à 2002, secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement technique de 1991 à 1992, a fait paraître un ouvrage intitulé « 1789 - 10.000 citoyens prennent la parole ». Edité par l’ADEF, le livre qu’il a rédigé est consacré aux cahiers de doléances du tiers-état pour certaines paroisses essonniennes dont Bondoufle, Corbeil, Essonnes, Evry-sur-Seine, Saint-Germain-le-Vieux-Corbeil, Soisy-sous-Etiolles et Villabé. « En 1789, les Français prennent la parole et, dès lors, ils ne la lâcheront plus », a écrit Jacques Guyard en préambule. « Toute les tentatives de retour à l’ordre ancien, c’est à dire au cadrage obligatoire de tout débat public dans les institutions officielles, seront refoulées, de Charles X à Pétain », a-t-il souligné.

 

 

 

« Un seul impôt réparti également sur tous les biens ! »

 

A Bondoufle, les douze habitants qui ont rédigé le cahier de doléances local se sont contentés de reprendre des revendications d’ordre général comme la suppression de tous les impôts « sous quelque dénomination qu’ils soient établis ». Ils ont également demandé la création « d’un seul impôt appelé territorial et réparti également sur tous les biens ». A Corbeil, l’on souhaitait, notamment, que « tous les chemins nécessaires pour faciliter l’arrivée dans la commune soient, les uns parachevés et les autres refaits ».

 

 

 

« Le retour des foires qui se tenaient autrefois à Corbeil ! »

 

Toujours à Corbeil, il était aussi demandé « le retour des foires qui s’y tenaient autrefois et qu’il soit établi une étape au marché au vin ». Une autre doléance consistait à réclamer que « le pont qui est sur la Seine soit réparé et entretenu afin que le mauvais état dans lequel il est laissé par les ponts et chaussées ne cause pas sa ruine ».

 

« Rétablissement du chemin formé le long de la prairie Saint-Jean-en-l’Ile ! »

 

Concernant les paroisses de Corbeil et Essonnes, l’une des revendications était axée sur le chemin formé le long de la prairie Saint-Jean-en-l’Ile et qui aboutissait, en passant sur le pont de Chantemerle, au carrefour de l’église d’Essonnes. « Supprimé depuis près de 40 ans par les propriétaires de Chantemerle, au préjudice des habitants de Corbeil et Essonnes, il faut qu’il soit rétabli et rendu praticable aux frais de ceux qui s’en sont emparé et l’ont enclos ». A Evry-sur-Seine, les habitants « ont supplié Sa Majesté ou les Etats généraux d’accorder à tous les hommes du royaume la liberté individuelle ».

 

« La réparation de la route de Bourgogne et du Gâtinais à Soisy ! »

 

A Soisy-sous-Etiolles, c’est la réparation de la route de Bourgogne et du Gâtinais, de Corbeil à Villeneuve-Saint-Georges, qui était suggérée. « Cette réparation est absolument nécessaire à l’entrée de Soisy, en venant de Paris, où le danger est urgent pour les voitures ». A Villabé, l’une des doléances passait par « l’abolition des gabelles, ou au moins une diminution considérable du prix du sel, objet de consommation nécessaire pour rendre le commerce des bestiaux florissant ».  

 

Bernard Gaudin - 13 janvier 2019