www.corbeil-infos.fr

 

Je soutiens

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

Une autre vision de l’actualité des communes de Corbeil-Essonnes, Evry et environs

 

Associations, commerçants, artisans, faites-vous connaître en soutenant

le site Corbeil infos...  

A la Une

Société

Social

Economie

Politique

Faits divers

Loisirs/Sport

Histoire

Accueil

Découvrez l’actu locale

en photos

 

Découvrez Corbeil infos

TV

 

Copyright (C) 2018 - www.corbeil-infos.fr - Tous droits réservés. Photos : Bernard Gaudin, sauf mention spéciale

Corbeil-infos : Bernard Gaudin, journaliste et photographe.

 

 

 

En savoir +

 

Pour une information

libre et indépendante,

je soutiens Corbeil infos

Email : contact@corbeil-infos.fr

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies qui sont destinés à vous proposer des contenus et des services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir + 

 

Pour une information

libre et indépendante,

je soutiens

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

Justice

www.corbeil-infos.fr
Essonne :
Le procès de Georges Tron en question ?

Réagissez sur Facebook

faits-divers-corbeil

Le site « Mediapart » croit savoir que des doutes pourraient entacher la partialité du président de la Cour d’Assises qui a jugé Georges Tron. Acquitté des faits de viol et d’agression sexuelle le 15 novembre 2018, le maire de Draveil devrait être rejugé vers la fin de l’année 2019.

Selon « Mediapart », le président de la Cour d’Assises qui a jugé Georges Tron (LR) du 23 octobre au 15 novembre 2018 aurait été choisi malgré les doutes du Parquet général sur son impartialité. D’après le site d’information en ligne, le magistrat aurait travaillé au début des années 2000 à l’Assemblée Nationale pour un député UMP qui siégeait aux côtés de l’actuel maire de Draveil acquitté des faits de viol et d’agression sexuelle à l’encontre de deux de ses anciennes employées municipales. A noter que le Parquet  a décidé, le mardi 20 novembre 2018, de faire appel du verdict qui concerne également Brigitte Gruel, l’ex-adjointe de Georges Tron au sein de la municipalité draveilloise.

 

« Un passage oublié de sa biographie ! »

 

Chargé de porter l’accusation contre l’ancien secrétaire d’Etat qui clame son innocence, le Pparquet général de la cour d’appel de Paris s’est interrogé sérieusement sur le choix du magistrat du siège choisi pour présider ce procès hors du commun qui s’est déroulé dans les locaux de Cour d’assises de Seine-Saint-Denis. Selon des informations obtenues par « Mediapart », ces doutes auraient aussitôt été répercutés à la première présidence de la Cour d’Appel. « C’est un juge expérimenté et solide, Philippe Coirre, qui est désigné pour présider le procès Tron. Mais au parquet général, on remarque alors un passage oublié de sa biographie. Après avoir été juge d’instruction, Philippe Coirre a obtenu une mise à disposition pour être conseiller de Pascal Clément à la présidence de la commission des lois de l’Assemblée nationale, de juillet 2002 à janvier 2004. Jacques Chirac venait d’être réélu président de la République et le député Pascal Clément venait d’adhérer à l’UMP, parti auquel appartenait aussi son collègue de l’hémicycle Georges Tron », fait savoir « Mediapart ».

 

Philippe Coirre ne se souvient pas d’avoir croisé Georges Tron

 

Pour sa part, Philippe Coirre assure « qu’il n’a conservé aucun souvenir d’avoir rencontré ou croisé Georges Tron lorsqu’il a travaillé à la commission des lois il y a plus de 14 ans comme rédacteur, mission essentiellement exercée auprès des administrateurs de l’Assemblée Nationale concernés ». « Alors que le Parquet avait pris par deux fois des réquisitions de non-lieu, Frédéric Bernardo, l’avocat général désigné pour le procès, s’est forgé sa propre conviction en lisant le dossier, confortée par les débats, au terme desquels il avait requis la condamnation des deux accusés, avec une peine de six ans de prison contre le maire de Draveil », indique également « Mediapart » qui confirme qu’un  nouveau procès se tiendra à Paris, devant la Cour d’Assises d’Appel. mais pas avant la fin de l’année 2019.

 

Bernard Gaudin - 24 novembre 2018

 

Essonne : Le maire de Draveil devrait être rejugé vers la fin de l'année 2019.