www.corbeil-infos.fr

 

Je soutiens

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

 

Associations, commerçants, artisans, faites-vous connaître en soutenant

le site Corbeil infos...  

A la Une

Société

Social

Economie

Politique

Faits divers

Loisirs/Sport

Histoire

Accueil

Découvrez l’actu locale

en photos

 

Découvrez Corbeil infos

TV

 

Copyright (C) 2019 - www.corbeil-infos.fr - Tous droits réservés. Photos : Bernard Gaudin, sauf mention spéciale

 

 

 

En savoir +

 

Pour une information

libre et indépendante,

je soutiens Corbeil infos

Email : contact@corbeil-infos.fr

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies qui sont destinés à vous proposer des contenus et des services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir + 

 

Pour une information

libre et indépendante,

je soutiens

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

Corbeil-infos : Bernard Gaudin, journaliste et photographe.

Faits divers

www.corbeil-infos.fr
Corbeil-Essonnes/Savigny :
Après avoir retrouvé sa fille, la mère de Maëlys témoigne

Réagissez sur Facebook

faits-divers-corbeil

Durant trois jours, la maman de Maëlys qui a vécu un véritable cauchemar a vraiment cru qu’elle ne reverrait plus jamais sa fille. Selon Angeline, c’est une importante mobilisation sur les réseaux sociaux et sur le terrain qui a poussé les ravisseurs de son enfant à la relâcher.

Au lendemain de la douloureuse expérience qu’elle a vécue entre les 9 et 11 février 2019, Angeline, la maman de Maëlys, a accepté d’évoquer l’enlèvement de sa fille âgée de 13 ans. Car c’est bien d’un enlèvement dont il s’agit, sachant que l’adolescente sensée aller dans un restaurant de Viry-Châtillon pour fêter l’anniversaire de l’une de ses copines a été emmenée sous la menace à Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour intégrer un réseau de prostitution. « Je devais la déposer au restaurant et aller la rechercher », nous a confié la mère qui a encore du mal à contenir son émotion et sa colère.

 

« Elles l’ont fait monter de force dans une voiture ! »

 

« En fait, le 9 février, en début de soirée, Maëlys a pris mon téléphone, elle avait reçu un message et elle a répondu. Ensuite, elle a rappelé et je ne savais pas du tout avec qui elle communiquait », explique la maman. Toujours est-il que la correspondante est parvenue à faire sortir l’ado de son immeuble situé à Savigny-sur-Orge. « En bas, il y avait un mec et deux jeunes filles dont une qu’elle ne connaissait pas », précise-t-elle. « Elles l’ont fait monter de force dans une voiture en lui interdisant de parler », a-t-elle souligné. « Elles l’ont ensuite emmené à Bobigny, dans le 93, dans un hôtel et dans des caves pour l’intégrer dans un réseau de prostitution », affirme-t-elle.

 

Un appel au secours provenant de Bobigny

 

« Maëlys s’est faite alpaguer par des jeunes filles qu’elle avait rencontrées à Corbeil-Essonnes, dans un institut thérapeutique », confirme Angeline. « Sous de fausses identités, elles l’ont par la suite contactée sur Instagram. Si Maëlys était su que c’était les filles de l'institut, elle n’aurait jamais répondu », assure-t-elle, sachant que sa gamine avait déjà eu des problèmes avec ces jeunes femmes âgées de 18 et 19 ans. Le dimanche 10 février, Maëlys est parvenue a appeler très brièvement sa mère au téléphone en lui lançant un très inquiétant appel au secours. « J’ai réussi à obtenir des informations sur le bornage du portable qui a été localisé à Bobigny », a-t-elle dévoilé en confirmant que sa fille a été par la suite conduite dans un immeuble à Drancy (Seine-Saint-Denis) avant de retourner dans un hôtel à Bobigny.

« Je veux remercier toutes celles et ceux qui se sont mobilisés ! »

 

Tout au long de ces trois jours d'épreuves, Angeline n’a rien lâché pour retrouver coûte que coûte sa fille. Au fil  des commissariats de police, elle est parvenue à glaner quelques éléments déterminants. « Je veux remercier toutes celles et ceux qui se sont mobilisés, que ce soit sur les réseaux sociaux ou sur le terrain », fait-elle savoir en étant bien consciente que c’est cette large mobilisation qui a permis un heureux dénouement. « Je demande aux parents de faire très attention aux réseaux sociaux, aux contacts qui demandent à leurs enfants de devenir leurs amis sans forcement les connaître », exhorte-t-elle en prévenant qu’on ne sait jamais qui peut se cacher derrière tout ça. Désormais, Maëlys qui a retrouvé son cocon familial va devoir se reconstruire. « J’ai envie de la laisser respirer pour qu’elle essaie d’oublier », explique sa maman qui n’exclue pas de déménager pour aider sa fille à tourner la page.

 

Bernard Gaudin - 14 février 2019

 

 

 

 

 

Des jeunes des Tarterêts mobilisés pour retrouver Maëlys

 

Selon la maman de Maëlys qui a remué ciel et terre durant 48 heures, ce sont bien les nombreux partages sur les réseaux sociaux qui ont permis à sa fille de retrouver la liberté. « Les jeunes femmes qui la détenaient ont été mises au courant  de l’ampleur que l’affaire a pris sur Internet », a-t-elle déclaré en confirmant une très importante mobilisation, notamment celle de jeunes des Tarterêts, quartier où travaille Angeline. « Ils  n’ont pas hésité à se rendre en Seine-Saint-Denis pour tenter de retrouver ma fille », confirme-t-elle. Finalement, sous la pression semble-t-il, Maëlys a été déposée dans un bus qui l’a conduit à la gare du Bourget. « C‘est mon beau-frère qui habite dans le 93 qui a été la chercher parce que moi j’étais à Savigny-sur-Orge », précise la maman qui se félicite que les deux ravisseuses ont pu être interpellées.

Corbeil-Essonnes/Savigny : L'appel à témoins partagé de trés nombreuses fois sur les réseaux sociaux a été déterminant.

Photo : DR

Corbeil-Essonnes/Savigny : Les deux ravisseuses ont pu être interpellées par la police nationale.