Météo corbeil-essonnoise

Copyright (C) 2017 - www.corbeil-infos.fr - Tous droits réservés. Photos : Bernard Gaudin, sauf mention spéciale

www.corbeil-infos.fr

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies qui sont destinés à vous proposer des contenus et des services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir + 

 

 

Pour une information

libre et indépendante,

je soutiens Corbeil infos

 

Je soutiens

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

Une autre vision de l’actualité des communes de Corbeil-Essonnes, Evry et environs

Découvrez l’actu locale

en photos

 

Découvrez Corbeil infos

TV

 

Témoin d’un événement ?  redaction@corbeil-infos.fr

 

Associations, commerçants, artisans, faites-vous connaître en soutenant

le site Corbeil infos...  

A la Une

Société

Social

Economie

Politique

Faits divers

Loisirs/Sport

Histoire

Accueil

 

 

 

 

En savoir +

www.corbeil-infos.fr
Corbeil-Essonnes : C'est une personnalité locale conviviale et très attachante qui vient de s'éteindre à l'âge de 88 ans.
Corbeil-Essonnes : 
Photographe local averti, Jacques Tricot nous a quittés

Société

Photographe et cinéaste amateur de talent, Jacques Tricot est décédé à l’hôpital de Champcueil à l’âge de 88 ans. Personnage convivial et attachant, il a consacré beaucoup de son temps à immortaliser l’actualité corbeil-essonnoise pour le compte du journal « Le Républicain ».

 

Connu dans toute la ville, Jacques Tricot, 88 ans, s’est éteint le 6 avril 2017 à Champcueil, à l’hôpital Georges-Clemenceau. Né en 1929, il est issu d’une vieille famille corbeilloise. Installés place du Comte Haymon, ses parents ont longtemps tenu une pâtisserie qui avait pour nom « A la Renommée de la Galette ». C’est dans ce commerce très réputé que Jacque Tricot a entamé sa carrière professionnelle. Après la fermeture définitive de la boutique familiale, le jeune homme qu’il était alors a travaillé dans les ateliers de l’imprimerie Crété. Dans cette entreprise qui deviendra plus tard Hélio-Corbeil, il s’adonnera à la photographie, une activité qui va illustrer toute son existence. Embauché chez IBM, l’un des fleurons de l’industrie corbeil-essonnoise, il profitera de ses week-ends pour assurer, avec sa mobylette, la fonction de correspondant localier pour l’hebdomadaire « Le Républicain ». Cette collaboration en tant que photographe durera 14 ans. Parallèlement, Jacques Tricot, cinéaste amateur de talent, était également présent au cinéma l’Eden qui deviendra l’Arcel. Tout à la fois technicien et placier, il appréciait beaucoup cette salle obscure.

Des films pour « Mémoire et Patrimoine Vivant »

 

En 1994, Jacques Tricot a souhaité rejoindre l’association « Mémoire et Patrimoine Vivant » nouvellement créée par Claude Breteau et Christian Baudouin. Toujours très actif, il avait alors pour mission de filmer les principaux évènements qui se déroulaient à Corbeil-Essonnes. Très impliqué dans ce mouvement associatif, il n’a pas hésité à lui léguer toutes ses archives photographiques. Ironie du sort, Jacques Tricot est décédé un jour après la disparition de son épouse dont il était séparée depuis de nombreuses années. Vivant seul dans la résidence Chantemerle, non loin de la place Vaillant-Couturier, il a connu des moments difficiles avant d’être hospitalisé à Champcueil. Jacques Tricot sera incinéré le vendredi 21 avril 2017, à 11 heures, au crématorium de Courcouronnes.     

 

Bernard Gaudin (avec Claude Breteau) - 20 avril 2017

Corbeil-Essonnes : Jacques Tricot, ici au centre, au cours de l'inauguration de la Foire en septembre 1978. Il est aux côtés de Thierry Besnier (à gauche), alors photographe au Parisien, et de Michel Guyon, le photographe de la ville de l'époque.
societe-corbeil

Réagissez sur Facebook

Pour bénéficier

d’une information

libre et indépendante,

Je m’abonne à

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

Souscrire à Corbeil infos
Corbeil-Essonnes : La pâtisserie des parents de Jacques Tricot qui était autrefois ouverte place du Comte Haymon.

Photo : MPV

Photo : MPV