Météo corbeil-essonnoise

Copyright (C) 2018 - www.corbeil-infos.fr - Tous droits réservés. Photos : Bernard Gaudin, sauf mention spéciale

www.corbeil-infos.fr

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies qui sont destinés à vous proposer des contenus et des services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir + 

 

 

Pour une information

libre et indépendante,

je soutiens Corbeil infos

Une autre vision de l’actualité des communes de Corbeil-Essonnes, Evry et environs

Découvrez l’actu locale

en photos

 

Découvrez Corbeil infos

TV

 

Témoin d’un événement ?  redaction@corbeil-infos.fr

 

Associations, commerçants, artisans, faites-vous connaître en soutenant

le site Corbeil infos...  

A la Une

Société

Social

Economie

Politique

Faits divers

Loisirs/Sport

Histoire

Accueil

 

 

 

 

En savoir +

Corbeil-infos : Bernard Gaudin, journaliste et photographe.

 

Je soutiens

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

Justice  

www.corbeil-infos.fr

Pour une information

libre et indépendante,

je soutiens

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

Corbeil-Essonnes :
La peine de 15 ans
de prison confirmée
au procès en appel
de Younès Bounouara

Raccourci, le procès en appel de Younès Bounouara n’a pas permis à la défense de l’accusé de réduire la peine de 15 ans de réclusion criminelle prononcée en 2016. En effet, la préméditation a été une nouvelle fois retenue au cours des débats où planait l’ombre de Serge Dassault.

faits-divers-corbeil

Réagissez sur Facebook

A l’issue de son procès en appel qui a duré moins longtemps que prévu, Younès Bounouara a été condamné, tout comme en 2016, à 15 ans de réclusion criminelle. Accusé d’avoir tenté d’assassiner, en 2013, Fatah Hou, un boxeur corbeil-essonnois, celui qui est considéré comme un proche de Serge Dassault n’a pas bénéficié de la clémence du jury qui a une nouvelle fois retenu la préméditation. Il faut rappeler que l’ex-sénateur de l’Essonne, entendu comme témoin assisté, a reconnu avoir effectué des dons en 2010 à Younès Bounouara dans le but de financer des projets en Algérie. Selon Serge Dassault, il n’était pas question d’achats de votes dans le cadre des municipales. La nature de cette démarche qui lui a valu une mise en examen est toutefois contestée par Fatah Hou qui évoque, quant à lui, le versement de 1,7 millions d’euros, une somme que devait être distribuée dans les quartiers pour soutenir la présence du milliardaire à la mairie de Corbeil-Essonnes. Harcelé par ceux qui réclamaient leur part du gâteau, Younès Bounouara aurait alors craqué.   

 

Eric Dupond-Moretti n’a pas convaincu

 

Le mardi 22 mai 2018, Marie Dosé, l'avocate de Fatah Hou, a regretté l’absence de Serge Dassault qu'elle avait cité à témoigner. « On m'a reproché de politiser le débat, mais ce n'est pas de la politique, c'est de la mafia », a-t-elle déclaré dans sa plaidoirie, considérant que son client représentait un danger pour « le système Dassault et les cols blancs de Corbeil-Essonnes ». Pour sa part, Eric Dupond-Moretti, le défenseur de Younès Bounouara, a estimé qu’il était caricatural de présenter son client comme « un tueur à gage froid pour le compte de la mafia face aux gentils ». « On ne juge pas un système, on ne juge pas Dassault, on juge Younès Bounouara », a-t-il souligné. Toujours est-il que la cour n’a pas été convaincue par les propos du ténor du barreau et a confirmé le verdict prononcé en mai 2016. Pour l’avenir, le condamné va devoir encore patienter une vingtaine de mois avant de pouvoir bénéficier d’un possible aménagement de peine.  

 

Bernard Gaudin (avec l’AFP) - 23 mai 2018

Corbeil-Essonnes : Le 19 février 2013, c'est à proximité du Café du Palais, rue Paul Doumer, que le réglement de compte s'est déroulé.